Ces morts que l’on garde pour soi (Echo Magazine)

La crise sanitaire a imposé avec cruauté des funérailles en cercle on ne peut plus restreint, augmentant la douleur des familles. Avant la pandémie, les obsèques dans l’intimité avaient pourtant la cote. Et ne devraient pas la perdre.

Artikel als PDF (PDF, 584 KB)